Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

europe - Page 3

  • Ainsi parlait Zarathoustra, de Friedrich Nietzsche

    Détruire les vieilles tables de la modernité et retourner à notre plus longue mémoire, tel est l'enseignement que Nietzsche nous livre à travers « Ainsi parlait Zarathoustra ». Sorte de bréviaire pour les Européens post-chrétiens qui refusent de sombrer dans le nihilisme et la mollesse, l'ouvrage a pour but ultime le réveil spirituel et politique de l'Europe. Les chrétiens eux-mêmes, pour peu qu'ils soient des Européens sincères, y trouveront de quoi nourrir leur réflexion, en vérifiant comment s'écarter par leurs actes du portrait souvent caricatural qui est dressé de leurs coreligionnaires.

     

    Hans Abgrall pour le SOCLE

     La critique positive de Ainsi parlait Zarathoustra au format .pdf

     

    Lire la suite

  • Histoires - Livre IV: Melpomène, par Hérodote

    L'étude du livre IV d'Hérodote nous montre que la notion d'Europe, tant d'un point de vue géographique qu'ethnique est déjà pertinente au Ve siècle avant notre ère. Nous verrons également que l'Oural, loin d'être une frontière arbitraire de l'Europe, sépare l'Europe de l'Asie lorsque l'on considère les peuples qui y vivent de part et d'autre.

     

    Structure de l’œuvre: Nous avons divisé notre critique positive en trois parties, assez simplement géographiques. Melpomène traite principalement de la résistance du peuple scythe contre l'envahisseur perse. Notre première partie étudiera donc ce peuple, ses origines, ses coutumes et sa religion. Notre deuxième se penchera sur les peuples situés à l'Ouest des Scythes : Gètes, Cynètes et Hyperboréens. Enfin, notre dernière partie sera consacrée aux nombreux peuples européens situés à l'Est des Scythes.

     

    Gaspard Valènt, pour le SOCLE

    La critique positive de Melpomène au format .pdf

     

    Lire la suite

  • Pour une critique positive

    Pour une critique positive est une œuvre singulière dans la bibliographie de Dominique Venner. Singulière car c’est un texte du Venner combattant politique avant qu’il ne devienne l’historien méditatif que nous connaîtrons par la suite, singulière par ses conditions de rédaction (en prison où l’opposition radicale de Dominique Venner au général De Gaulle l’avait mené), singulière car Venner finira par ne plus reconnaitre cet écrit de jeunesse, singulière enfin parce qu’en faisant ainsi, Venner allait laisser Pour une critique positive acquérir une vie propre et devenir le Que faire de la mouvance nationaliste.

     

    Structure de l'oeuvre: Pour une critique positive est de ces manuscrits qui n’ont été écrits par personne. L’histoire retient parfois un nom, les textes qu’ils contiennent sont pleins de promesses comme d’avertissements et ils gardent une incroyable actualité quelle que soit l’époque à laquelle ils sont lus. Et si ce sont les textes les plus anciens qui sont les plus prophétiques alors cette règle s’applique parfaitement pour ceux de Venner. Si Pour une critique positive présente cette dimension, c’est qu’il cherche, non pas à faire table rase du passé, mais à mettre fin aux erreurs qui y cantonne le camp nationaliste. Il s’agit de sortir des archaïsmes et de la nostalgie pour rentrer dans une véritable dynamique révolutionnaire. Pour ce faire, l’ouvrage procède comme suit. 1) Mettre à jour ce (et ceux) qui sape(nt) l’avènement d’une révolution nationaliste ; 2) Montrer que cette révolution ne peut se faire sans l’élaboration d’une véritable doctrine nationaliste ; 3) Décrire quelle société cette révolution nationaliste mettra alors en place ; 4) Décrire les moyens par lesquels il faudra mener cette révolution.

     

    Gwendal Crom pour le SOCLE

    La critique positive de Pour une critique positive au format .pdf

     

    Lire la suite

  • Le Barzhaz Breizh, chants populaires de Bretagne

    Le Barzhaz Breizh (Bardit de Bretagne) est une compilation de chants épiques, populaires et religieux du peuple de Basse-Bretagne, c'est-à-dire de la moitié ouest de la péninsule armoricaine, où la langue celtique bretonne s'est établie et conservée. Ce recueil a eu un rôle majeur dans la renaissance de l'identité bretonne, et est donc une source d'inspiration forte pour tous ceux qui agissent en faveur du réveil de la conscience européenne.

     

    Hans Abgrall pour le SOCLE

    La critique positive du Barzhaz Breizh au format .pdf

     

    Lire la suite

  • Contre l’Europe de Bruxelles, Fonder un Etat européen, de Gérard Dussouy

    Professeur émérite à l’université de Bordeaux, Gérard Dussouy est un géopoliticien agrégé de géographie et docteur en économie. Parmi ses ouvrages, on retiendra son Traité de relations internationales1 en trois tomes. Européiste convaincu, c’est-à-dire fervent défenseur de la constitution d’un véritable Etat européen, Dussouy fournit avec Contre l’Europe de Bruxelles, Fonder un État européen 2  une synthèse efficace de l’absolue nécessité de cette idée.

    Structure de l’œuvre : L’ouvrage est divisé en cinq parties. Sont d’abord analysées les menaces internes à l’Europe (démographiques avec le vieillissement des populations européennes et l’immigration de masse, et économico-industrielles par la désindustrialisation et l’endettement des États: chapitre I). Gérard Dussouy aborde ensuite les menaces externes, c’est-à-dire relevant de l’actuelle reconfiguration géopolitique internationale (chapitre II). Il montre alors que le centre de gravité économique mondial se déplace inexorablement de l’Occident (Europe + États-Unis) vers le Pacifique-Nord (dominé par les super-États (sub)continentaux comme les États-Unis et la Chine qui finiront par être rejoints par l’Inde, le Brésil et la Russie entre autres). Et à ces menaces d’ordre continental (internes comme externes), on ne pourra apporter qu’une réponse continentale. De fait, à la puissance de ces États (sub)continentaux, on ne pourra opposer qu’un État d’échelle continentale également, un État européen. Cette nécessité implique dès lors de démontrer en quoi l’actuelle Union Européenne n’est pas cet État (chapitre III) et la forme qu’il devrait prendre s’il était véritablement porté par les indissociables notions de puissance et de souveraineté (chapitre IV). Les conditions qui permettront la fondation de cet authentique État européen sont enfin abordées dans le chapitre V (émergence d’un noyau dur pro-européen et choc systémique par la convergence des catastrophes qui aboutira à une prise de conscience généralisée des Européens).    

     

    Gwendal Crom, pour le SOCLE

    La critique positive de Contre l'Europe de Bruxelles, Fonder un État européen au format .pdf

     

    Lire la suite