Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

antiquité - Page 2

  • Le Manuel d'Épictète

    Parmi les philosophies antiques, le stoïcisme tient une grande place. Traversant l'antiquité grecque et l'antiquité romaine sur près de six siècles, symbole du sérieux et de l'abnégation de tout un peuple, l'école du Portique apprend à ses disciples à vivre en harmonie avec l'univers et ses lois. Maîtrise de soi, courage, tenue, éthique, ce sont là quelques mots clés pour comprendre le stoïcisme. Le Manuel 1 d'Epictète, condensé de cette sagesse, permet à chaque Européen de renouer avec les plus rigoureuses racines de notre civilisation. Brillant exemple de ce que pouvait produire l'univers mental propre au paganisme européen, le stoïcisme continuera d'irriguer la pensée européenne sur la longue durée (avec notamment le mouvement du néo-stoïcisme de la Renaissance). Et au delà de la longue durée, il est important de souligner l'actualité de la philosophie stoïcienne. Philosophie de temps de crise comme le souligne son histoire, le stoïcisme redirige l'homme vers l'action.

     

    Structure de l’œuvre: Le Manuel est volontairement court. Il s'agit d'un condensé des leçons données par Epictète. Si court qu'il soit, on pourrait s'attendre à une idée différente à chaque aphorisme. Et pourtant les idées centrales ne sont que quelques-unes. Le lecteur ne doit donc pas s'étonner de voir répétées sous des formes différentes, à partir d'observations différentes, les mêmes idées. Ce manuel est un précis de gymnastique, une gymnastique de l'âme. Quelques mouvements y sont codifiés. Ce qui importe n'est pas le nombre mais bien la perfection dans l'exécution. Que chacun puisse donc y voir une porte d'entrée vers une métaphysique de l'absolu, celle de nos origines et qui s'oppose à la métaphysique de l'illimité dans laquelle nous nous perdons aujourd'hui.

     

    Gwendal Crom, pour le SOCLE

    La critique positive du Manuel d’Épictète au format .pdf

     

    Lire la suite

  • Lettres des Jeux Olympiques, de Charles Maurras

    Le 6 avril 1896, les premiers jeux olympiques de l'ère moderne s'ouvrent à Athènes sous le patronage du baron Pierre de Coubertin – l'Empereur Théodose 1er avait interdit les jeux en 393 dans le cadre de sa politique antipaïenne inspirée par l'évêque de Milan. Le futur grand penseur du royalisme français Charles Maurras, alors critique reconnu âgé de vingt-huit ans, est envoyé par le journal La Gazette de France pour couvrir cet événement historique. Insatiable esprit littéraire, il rédige ses articles sous la forme de six lettres. Révisées parfois considérablement, elles constitueront, en 1901, l'essentiel du premier livre d'Anthinéa, avant d'être de nouveau remaniées par la suite. Lettres des Jeux Olympiques, publié chez Flammarion dans une édition avec dossier, propose ces lettres dans leur forme originelle, publiées entre le 15 et le 22 avril 1896.

     

    Félix Croissant, pour le SOCLE

    La critique positive de Lettres des Jeux Olympiques au format .pdf

     

    Lire la suite